Planète Laboratoire - Qu'est-ce qu'on y trouve ?

Publié le par Seer

http://brasseur.bastien.free.fr/sambo/loozine/forum/savant-fou.jpg(Pour la source, cliquez !)

Je profite de sortir d'une semaine de laboratoire assez originale pour vous raconter un peu ce que j'appelle la Planète Labo, aussi surnommée le Monde du Savant Fou. Tout le monde est là ? On peut commencer la visite guidée.

Ne sont autorisés dans le laboratoire que les gens dûment vêtus de la blouse de coton (blanche souvent, et important le coton attation), des affreuses lunettes de chimie protégées sur les côtés (monotaille en plus, le modèle le plus courant me glisse du nez staffreux j'vous dis), des gants et parfois du masque (bon moi pas trop, sauf en cas de rhume ou d'incursion sur la Laboplanète Microbiologie). Les autres ? Ah bah vous regardez de la porte.

Y a pas mal de laboratoires différents selon ce qu'on y fait, alors je vais vous les montrer les uns après les autres hein. Et ptet pas en une seul visite d'ailleurs.

Alors on a quoi dans un labo ?

D'abord, ce qu'on appelle des paillasses. (Il faut lire la deuxième définition c'est mieux, et oui je me suis inspirée du dictionnaire).Une paillasse, en fait, c'est là qu'on bosse, avec nos tubes à essais, nos éprouvettes et tout. La table quoi, parfois recouverte de verre poli pour que ça soit facile à nettoyer. Un peu notre bureau, mais sans papiers (ou ils risquent gros alors) Souvent un évier est inclus, pour laver la verrerie, se laver les mains et les yeux en cas de problème. Parfois vous voyez des tuyaux sur les robinets, ça peut paraître bizarre et inutile mais non... Tout simplement pour diriger le jet sur toute partie du corps touchée par un truc nocif, les yeux par exemple.

Au-dessus, une hotte. Oui comme celle de la cuisine, pour aspirer les fumées collantes, puantes ou toxiques (le dernier terme vaut pour quasi toutes les fumées, j'ai encore respiré de l'eau régale aujourd'hui, particulièrement pouah). Les puantes en fait sont les moins dangereuses, car les plus faciles à repérer. Vous pouvez vous rafraîchir la mémoire sur les odeurs de gaz ici.

Parfois, et même de plus en plus souvent, la hotte se présente sous forme d'une sorbonne, une sorte de cage avec une paroi en verre coulissante dont tu ouvres les petites fenêtres coulissantes (quand y en a, c'est pas toujours le cas). Beaucoup plus isolant qu'une hotte ordinaire. Cliquez pour en voir une. Je travaille très souvent sous sorbonne, je préfère, j'ai moins de chances de prendre des bouffées d'eau régale dans le nez.

Un peu partout, des bouteilles, des flacons, des boîtes, de toutes les tailles, les matières, les formes, à plein d'endroits différents.

Les solvants par exemple, vaste famille de produits chimiques, généralement peu chers et utilisés en grande quantité, ils se vendent par bouteilles d'un litre ou par bidons de dix. Eau bien sûr, méthanol et éthanol, benzène (on en fait toute une histoire du benzène mais le toluène ou le tétrachlorométhane sont bien pires), chloroforme, éther...

Les métaux : ça peut aller de l'aluminium en poudre au sodium en petits morceaux soigneusement stockés dans le cyclohexane, à l'abri de tout oxygène et eau. Vous avez déjà vu la réaction du sodium avec l'eau ? Violent, un peu.

Et tout un tas d'autres produits, organiques ou inorganiques, aux noms plus ou moins barbares. Je n'ai pas le temps de tout détailler aujourd'hui. J'y reviendrai.

Juste un mot sur le stockage : il est assez rare de prendre des récipients transparents incolores (en gros c'est soit du plastique opaque, soit du verre foncé), car en règle générale, la lumière contribue à modifier le contenu de la bouteille, en apportant de l'énergie aux composants. Notamment l'acide tétrachloroaurique, un composé de l'or à 59 000 euros le kilo, se dégrade à la lumière, et vu le prix vaut mieux pas être négligent. Pour la même raison ils sont souvent conservés au frais. Dans le noir et au frais, comme en général pas mal de bouffe en fait, et parfois c'est un peu plus drastique : à l'abri de l'humidité, de l'oxygène, pas dans du verre (essayez de mettre de l'acide fluorhydrique dans du verre pour voir, votre verre va s'évaporer et vous allez avoir une immense flaque d'acide et d'eau)...

(Dans Le Fabricant de miroirs de Primo Levi il y a une nouvelle assez intéressante sur les bouteilles et les contenants en général)

------reprise du post presque deux mois plus tard--------

On a de la verrerie aussi, plein, mais ça fera l'objet d'un autre article, idem.

On a aussi des pinces. Au fond de la sorbonne est fixée une grille métallique à laquelle on peut fixer des pinces qui tiennent la verrerie en hauteur. De différentes tailles, mais généralement jamais assez de la taille la plus standard, étant donné qu'en décembre une des sorbonnes a vu son réfrigérant à eau sortir de la pince et faire tout tomber dans le bain d'huile, faute de pinces à la bonne taille. Très important les pinces, pour stabiliser un montage en hauteur.

On a de la graisse aussi, quand on a de la chance. Elle sert à roder les montages, i.e. à pouvoir mettre des raccords verre-verre sans avoir à les casser ensuite pour les séparer. Sur ma dernière Laboplanète, une fois, j'avais pas mis assez de graisse, et j'ai scellé un robinet à un ballon. Il paraît qu'il faut le mettre à tremper, fait pendant 3 jours sans résultat, on m'a dit aussi de chauffer au flambeur, je me suis brûlée et ça tenait toujours aussi bien. Je sais toujours pas comment il est parti, mais ça sert de leçon.

Des poubelles forcément, pour papier, verres et plastiques, et même des bidons de récup. Un peu insuffisant à mon sens, déjà que j'ai dû insister pour un bidon pour l'étain en solution que 8 personnes utilisaient dans leur manip, au total on arrivait à près de deux litres d'eau riches en étain, et NON l'évier n'est pas une option. Je pense que tous les solvants organiques classiques mériteraient un bidon à leur nom (pas seulement l'acétone), acides et bases de même, et la récup des solides devrait pouvoir séparer les métaux des sels organiques.

Des flacons Touskipic, où on enferme en particulier les petits bidules en verre usagés genre les pipettes Pasteur et les petis bouts de verre cassé.

On a même carrément des douches dans le couloir, en cas d'explosions et de projections importantes sur le corps. Et des extincteurs pour tous les types de feux. Il existe plusieurs sortes d'extincteurs, à eau, à carboglace et à poudre, dont ce site fait un bon inventaire. Pour les métaux on n'a pas d'extincteur à poudre sèche ceci dit, juste des seaux de sable qui traînent çà et là.

Des gants MAPA, trois boîtes, une par taille, mais la taille S est trop souvent vide.
Des clips, pour tenir la verrerie, pareil que les pinces.
Des étiquettes, plein.
Des piluliers, pour stocker les produits finaux (des flacons à large couvercle en fait, de contenance allant de quelques millilitres à une centaine pour le plus grand modèle)
Une paire de ciseaux, enchaînée dans la Laboplanète Chimie Minérale pour éviter la fauche.
Des tournevis pour serrer les serflex, des bagues en nickel ajustables en diamètre avec une vis qu'on met au joint des tuyaux pour les serrer en cas de circulation d'eau et éviter les fuites.
Des septums (septa ?), i.e. des bouchons en caoutchouc souple pour le conditionnement. Des bouchons en caoutchouc en général, toutes couleurs et toutes tailles, percés ou pas (oui percés, pour y glisser un thermomètre par exemple).
Des Pipettes Pasteur et des tétines pour mettre au bout afin d'aspirer,
du scotch, toujours utile,
des élastiques ; servent honnêtement assez peu, ah si une fois à fixer un thermomètre qui glissait dans son bouchon.

Un gros bidon gris à bouchon bleu d'azote liquide quand on a besoin de températures ultrabasses, avec gants et thermos associés. Insoulevable, s'incline en tournant sur son support pour déverser de l'azote liquide, ça peut finir sur tes chaussures aussi, trop pratique.

Il doit manquer encore plein de choses, mais c'est tout ce qui me revient quand je fais mentalement le tour de la salle.

J'éditerai cet article plus tard pour ajouter mes propres photos quand j'aurai l'occasion d'en prendre, en attendant c'est carrément pompé ailleurs sur le Net. Désolée.

Publié dans En labo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article